Étude barométrique modulaire sur les habitudes d’utilisation d’Internet et des outils digitaux dans le quotidien professionnel des vétérinaires en exercice libéral et leurs évolutions au fil du temps.

Plus de 200 questions abordées, 10 modules thématiques, et la possibilité de personnaliser totalement le contenu de l’étude en retenant seulement les points qui vous intéressent.

  • Quels logiciels de gestion sont connus, utilisés par les vétérinaires ?
  • Pour combien de structures au moins un membre a-t-il suivi une formation sur la sécurité informatique ? Sur le RGPD ?
  • Quelle part des structures est équipée de tablettes tactiles ?
  • Combien de vétérinaires sont équipés d’un smartphone ? Quels usages professionnels en font-ils ? Quelles applis apprécient-ils le plus ? Quelles applis conseillent-ils à leurs clients ?
  • Quel volume de SMS les vétérinaires reçoivent-ils à titre professionnel ? Quel est leur niveau d’intérêt pour les SMS de l’industrie ?
  • Quels sites Internet ont-ils récemment consultés ? Quels sont leurs sites préférés concernant les actualités professionnelles, les médicaments, les cas cliniques, les nouvelles technologies et le high-tech en santé animale ? Quels sites recommandent-ils à leurs clients ?
  • Quelles sont les modalités privilégiées pour les commandes professionnelles (téléphone, face à face, LGC, etc.) ? Quel est le niveau d’intérêt pour les catalogues papier ?
  • Combien de temps les vétérinaires consacrent-ils à leur courrier électronique professionnel ? Quels sont les moments privilégiés pour cette activité ? Quelles sont les newsletters les plus reçues ?
  • Les vétérinaires associent-ils un plus grand plaisir de lecture à la presse format papier ou format digital ? Estiment-ils consacrer plus d’attention aux articles sur support papier ou sur support digital ? Et concernant les publicités ?
  • Quel est leur comportement vis à vis du RGPD et du consentement aux cookies ?
  • Qui est à l’origine des webconférences proposées cette année à la profession ? Quelle durée, quels créneaux horaires et quels jours de la semaine ont la préférence des praticiens ?
  • Quelle part de vétérinaires utilise des réseaux sociaux, forums ou plateformes de télémédecine pour échanger avec des confrères/consœurs ? Quels sont les outils les plus utilisés ? Quels sont les influenceurs suivis sur Facebook ou Instagram ?
  • Quelle est la part de vétérinaires favorables aux e-visites ? Quels sont les avantages et les inconvénients de cette modalité ? Quels produits/services ont été présentés en e-visite en 2020 ?
  • Combien de structures disposent de leur propre site Internet ? De leur propre appli ? D’une page Facebook dédiée ? Quel est l’impact perçu sur l’activité ?
  • Quelle part de structures propose le click&collect ? La vente en ligne avec expédition ? La prise de RDV en ligne ? Combien envisagent de proposer ces services ? Quelles sont les plateformes de prise de rendez-vous en ligne les plus connues ?
  • Quel est l’impact des outils et services numériques (7 testés) pour fidéliser la clientèle ? Pour gagner de nouveaux clients ?
  • Comment l’e-réputation de la structure est-elle appréhendée ? Est-elle importante ? Surveillée ? Quels sont les sites perçus comme les plus influents ?
  • La e-reputation est-elle importante ? A-t-elle un impact sur le CA
  • Quels objets connectés les vétérinaires utilisent-ils dans leur quotidien professionnel ? Lesquels conseillent-ils ? Lesquels proposent-ils à la vente ?
  • Quelle part de vétérinaires proposent des téléconsultations ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Quels sont les outils utilisés ? Quelles solutions spécialisées sont connues par la profession ?
  • Comment les vétérinaires perçoivent-ils les nouvelles technologies en santé animale ?

Toutes ces questions – et beaucoup, beaucoup d’autres (cf. détail ci-après) – trouveront réponse dans notre enquête

206 questions abordées, 1 000 vétérinaires libéraux enquêtés (5 groupes de 200 praticiens), comparaison avec les données des vagues précédentes.

Détail des questions abordées dans l’étude

    • Nombre d’ordinateurs dans la structure, distinction PC/Apple
    • Notoriété spontanée et assistée des logiciels de gestion de Cabinet (15 LGC étudiés)
    • Parts de marché estimées des LGC et niveau de satisfaction associé, part et profil des vétérinaires prêts à changer de LGC
    • Niveau de connaissance estimé des fonctionnalités du LGC, intérêt pour un module de téléconsultation intégré au logiciel actuel NEW
    • Importance perçue de l’accès au LGC en tous lieux* et depuis n’importe quel support*, opinion comparative entre LGC en local vs en ligne en termes de prix, de confidentialité des données, de sécurité de sauvegarde* et de gain de temps* (*NEW)
    • Part et profil des vétérinaires prêts sur le principe à utiliser un LGC en ligne, part et profil des praticiens déjà utilisateurs NEW
    • Importance accordée par la profession à la sécurité informatique des structures, part et profil des vétérinaires estimant leur système informatique bien protégé contre les attaques informatiques et la cybercriminalité NEW
    • Taux d’équipement des structures en VPN, firewall, solution antivirus, sauvegarde externalisée, onduleur NEW
    • Part des structures dans lesquelles 1 membre de l’équipe a suivi une formation sur 1) la sécurité informatique 2) le RGPD NEW
    • Part et profil des vétérinaires intéressés par la réalisation d’un audit de sécurité du système informatique, interlocuteur auquel les praticiens feraient le plus confiance (éditeur du LGC, société spécialisée en sécurité informatique, etc.) NEW
    • Tablettes tactiles : taux d’équipement dans les structures, nombre de tablettes à disposition, systèmes d’exploitation NEW
    • Taux de structures mettant à disposition des clients des bornes d’information tactiles ou des tablettes tactiles, fonctionnalités NEW
    • Smartphones : taux d’équipement et type (iPhone, Androïd,…), fréquence d’utilisation hors téléphonie et fonctions utilisées à titre prof. (24 testées en assistée dont 3 nouvelles + veille en spontané sur l’émergence de nouvelles fonctions). Fréquence d’utilisation du smartphone pour échanger avec des clients* et modes de contact privilégiés (appels vocaux, SMS, échanges via appli, méls,…)*, part de vétérinaires possédant une ligne mobile spécifique pour l’activité prof., fréquence de communication du numéro de portable à la clientèle*. (*NEW)
    • Applis utilisées à titre professionnel par les vétérinaires : taux de praticiens qui ont déjà téléchargé au moins 1 appli prof., nombre moyen d’applis distinctes régulièrement utilisées, détail des applis les plus appréciées, présence sur les smartphones/tablettes d’une sélection de 10 applis : Le Point Vétérinaire, Ordre Véto*, L’Essentiel, IVet Centravet*, Dr Véto*, Idexx VetConnect Plus*, Vet Anatomy*, AliveECG Vet*, Med’Vet*, Vétofocus* (*NEW)
    • Applis clients : part et profil des vétérinaires qui recommandent des applis aux clients, applis conseillées, clients qui attribuent à l’utilisation d’applis des bénéfices réels pour la santé de leur animal* : fréquence et types d’applis évoqués (*NEW)
    • Communication SMS : volume de SMS reçus à titre professionnel par les vétérinaires (tous interlocuteurs confondus), niveau d’intérêt pour les SMS d’information de l’industrie (3 cas de figure étudiés : soirée d’information, lancement produit, webconférence), nombre max. de SMS d’information admissible pour éviter une désinscription NEW
    • Taux d’équip. et utilisation du Wifi dans les structures, opinion sur l’innocuité des ondes Wifi
    • Temps hebdomadaire consacré à la navigation Web professionnelle (hors gestion du courrier électronique professionnel), évolution sur 7 ans
    • Point d’accès à Internet (Cabinet, domicile,…) et équipement (ordinateur, tablette, smartphone) les plus usités, poids relatif sur le temps de navigation global
    • Sites récemment consultés pour raisons prof., sites Internet privilégiés par thématique (actualités professionnelles, médicament, pathologie, nouvelles technologies et hi-tech en santé animale)
    • Part et profil des vétérinaires utilisateurs de réseaux sociaux, forums spécialisés ou plateformes de télémédecine/ téléexpertise pour entrer en contact avec d’autres professionnels de santé, outils utilisés
    • Part et profil des praticiens qui suivent des influenceurs vétérinaires sur YouTube ou Instagram, influenceurs suivis NEW
    • Part et profil des vétérinaires qui recommandent des sites Internet à leurs clients, détail des sites conseillés
    • Recherche d’informations sur le web hors LGC en présence de clients : fréquence et types d’infos recherchées NEW
    • Compétitivité des tarifs pratiqués dans les structures vs en ligne : fréquence d’évocation par la clientèle et principaux sites marchands auxquels les clients se réfèrent
    • Commandes professionnelles en ligne : poids relatif sur l’ensemble des commandes (téléphone, face à face, …), répartition entre commandes passées depuis le logiciel de gestion et hors LGC, intérêt pour le maintien des catalogues papier des centrales NEW
    • Temps hebdomadaire consacré à la gestion du courriel professionnel (hors navigation Web), évolution sur 7 ans
    • Moments de la journée et jours de la semaine privilégiés pour consulter les emails prof.
    • Point d’accès à Internet (Cabinet, domicile,…) et équipement (ordinateur, tablette, smartphone) les plus usités, poids relatif sur le temps global consacré à la gestion du courriel professionnel
    • Nombre d’adresses électroniques distinctes utilisées à titre professionnel
    • Nombre moyen d’emails professionnels reçus par catégorie de correspondants (15 catégories étudiées en assisté dont labos pharmaceutiques, organismes administratifs et sociaux, presse professionnelle, clients, confrères/consœurs, centrales d’achat, laboratoires d’analyse et centres d’imagerie, etc. + veille en spontané)
    • Newsletters professionnelles reçues
    • Presse professionnelle papier vs numérique : type de support associé au plus grand plaisir de lecture, au meilleur niveau d’attention concernant les articles, au meilleur souvenir concernant les publicités*, part et profil des vétérinaires tentés par le tout numérique, le tout papier ou la combinaison papier + numérique, support perçu comme le plus écologique* (*NEW)
    • Presse prof. hebdomadaire (La Dépêche Vét., L’Essentiel, La Semaine Vét.) : portefeuille de lecteurs  réguliers, taux de réception des supports papier, nombre moyen d’ex. papier lus sur 10 reçus, temps moyen consacré à la lecture d’un ex. papier, fréquence de consultation des 3 sites Internet, bilan d’image comparé des sites La Dépêche Vétérinaire vs Le Point Vétérinaire (8 items étudiés : agréable à consulter depuis l’ordinateur, depuis le smartphone, accès facile aux infos recherchées, articles bien présentés/faciles à lire, infos fiables/sans fake news, infos riches/variées/exhaustives, variétés des formats d’information audio/vidéo/graphique, utile au quotidien) NEW
    • Logiciels bloqueurs de publicité : connaissance du concept, notoriété spontanée des LBP, taux d’équip. (en distinguant ordinateurs de la clinique, du domicile, tablette et smartphone), part et profil des vétérinaires favorables à l’utilisation de LBP, intention d’utilisation des non équipés, intention d’extension à d’autres appareils chez les praticiens déjà utilisateurs* (*NEW)
    • Moteurs de recherche alternatifs : intérêt de la profession, taux d’utilisateurs et profil, moteurs utilisés, notoriété assistée (8 moteurs alternatifs dont Qwant, Duck Duck Go, Firefox Focus, etc. vs 3 moteurs référents)
    • RGPD et consentement aux cookies : option la plus souvent sélectionnée par les vétérinaires NEW
    • Webconférences/Webinars : part et profil des vétérinaires ayant assisté à au moins 1 wbcf en 2020*, niveau d’appréciation, nombre de wbcf suivies dans l’année, principaux acteurs à l’origine des wbcf, format, créneaux horaires et jours de la semaine les mieux adaptés, lieu depuis lequel les vétérinaires suivent le plus de wbcf* et support le plus utilisé (ordi. fixe, portable, tablette, smartphone)*, thématiques attendues pour de prochaines wbcf (*NEW)
    • Visites connectées/e-visites : part et profil de la profession favorable au mode de visite, vétérinaires visités en 2020 et profil, produits/services présentés, avantages et inconvénients perçus par rapport aux visites en présentiel, intérêt pour un renforcement des e-visites*, ratio attendu entre visites en présentiel et e-visites* (*NEW)
    • Image de l’industrie pharmaceutique : 1) labos perçus comme ayant la plus forte présence numérique 2) labos perçus comme les plus investis dans la médecine vétérinaire du futur et les technologies numériques en santé (IA, biotech,…)
    • Site Internet des Cabinets : part de structures équipées et intentions d’équipement à 12 mois NEW
    • Applis dédiées : part de structures équipées et intentions d’équipement à 12 mois, détail des applis proposées par les cliniques à leurs clients NEW
    • Page Facebook dédiée : part de structures équipées et intentions d’équipement à 12 mois, part de vétérinaires ayant suivi une formation spécifique et/ou ayant fait appel à un prestataire extérieur pour créer/gérer la page au quotidien
    • Chatbot : connaissance du concept, équipement des structures, niveau d’intérêt des non équipés, chatbots vétérinaires déjà identifiés NEW
    • Part et profil des structures qui proposent les services numériques suivants + intentions d’équipement à court terme : click and collect* / vente en ligne avec expédition ou livraison chez le client* / téléconsultation vétérinaire* / prise de rendez-vous en ligne (*NEW)
    • Nombre moyen de commandes click & collect reçues par mois NEW
    • Notoriété spontanée et assistée des solutions de prise de rendez-vous vétérinaire en ligne (10 solutions testées en assisté, dont 4 nouvelles)
    • Intérêt relatif de 7 outils et services numériques pour fidéliser la clientèle : site Internet, page FB, appli, prise de rendez-vous en ligne, téléconsultation, click & collect, vente en ligne avec expédition/livraison NEW
    • Intérêt relatif de 7 outils et services numériques pour gagner de nouveaux clients : site Internet, page FB, appli, prise de rendez-vous en ligne, téléconsultation, click & collect, vente en ligne avec expédition/livraison NEW
    • Opinion de la profession de la profession sur les notations en ligne et évaluations grand public type avis Google ou Pages Jaunes
    • E-réputation : importance perçue, impact sur le CA, sites les plus influents aux yeux des vétérinaires (testés : Google, Facebook, PagesJaunes), part et profil des praticiens impliqués dans le suivi de leur e-réputation, fréquence du suivi*, part et profil des vétérinaires prêts à confier la gestion de leur image en ligne à un prestataire spécialisé* et budget maximal associé*, notoriété spontanée des prestataires spécialisés dans la gestion de l’image en ligne et de l’e-réputation*, part et profil des structures dans lesquelles au moins 1 membre de l’équipe a récemment suivi une formation en rapport avec la communication numérique ou la gestion de l’e-réputation* (*NEW)
    • Assurance e-réputation : part et profil des vétérinaires déjà souscripteurs, intentions de souscription à court terme NEW
    • Part et profil des vétérinaires utilisateurs d’O.C. dans le cadre de leur pratique (smartphone, tablette et ordinateur mis à part), détail des O.C. utilisés, niveau d’intérêt des non utilisateurs
    • Fréquence des sollicitations clients pour obtenir l’opinion du vétérinaire sur des O.C. pour animaux, types de conseil attendus
    • Part et profil des vétérinaires favorables à l’utilisation par les propriétaires d’O.C. pour animaux
    • Part et profil des vétérinaires qui recommandent l’utilisation d’O.C. à certains propriétaires, principaux contextes de recommandation (propriétaire/situation type) et types d’O.C. recommandés
    • Attribution aux O.C. de bénéfices pour la santé des animaux : fréquence des retours clients et types d’O.C. évoqués NEW
    • Part et profil des vétérinaires approchés en 2020 par des fabricants d’O.C., marques/types d’O.C. présentés
    • Bilan d’image en 8 points des O.C. : implication des propriétaires dans la prise en charge des pathologies de leurs animaux, prévention et modification des habitudes de vie, détection précoce de pathologies, identification de nouveaux facteurs de risque, réduction du volume de consultations vétérinaires, observance médicamenteuse, amélioration du confort de vie, renforcement du lien vétérinaire/propriétaire* (*NEW)
    • Opinion de la profession sur différents scénarios à moyen terme : modulation des tarifs des assureurs propriétaires et partage volontaire de données collectées sur l’animal par des O.C., systématisation dans les élevages des capteurs de paramètres biologiques et recul de l’utilisation d’antibiotiques, divulgation de données collectées par des O.C. et responsabilité du vétérinaire prescripteur/dispensateur
    • Distribution d’O.C. dans les structures : part et profil des vétérinaires qui proposent des O.C. à la vente, type d’O.C. distribués, existence d’un emplacement dédié visible des clients*, intérêt pour la distribution d’O.C. (au sein des structures non dispensatrices), réalisation d’études cliniques préalables et niveau d’incitation à la prescription/ recommandation, part et profil des vétérinaires estimant que la distribution d’O.C. représentera à moyen terme une part non négligeable de leur chiffre d’affaires* (*NEW)
    • Part et profil des vétérinaires estimant que la profession deviendra à court terme l’interlocuteur de référence en ce qui concerne l’utilisation des dispositifs connectés pour animaux NEW
    • Décret autorisant les téléconsultations vétérinaires : niveau d’appréciation de la profession (satisfait/insatisfait) et raisons associées en spontané NEW
    • Part et profil des vétérinaires qui proposent des téléconsultations à leur clientèle, volume moyen de téléconsultations réalisées, outils utilisés (distinction outils grand public vs solution spécialisées, nom des solutions/plateformes spécialisées utilisées NEW
    • Notoriété spontanée des solutions et plateformes dédiées aux téléconsultations vétérinaires
    • Part et profil des vétérinaires non encore impliqués qui envisagent à court terme de pratiquer la téléconsultation
    • Opinion de la profession sur le devenir des téléconsultations : deviendront-elles un service incontournable pour la profession ? Surpasseront-elles à terme en volume les consultations en présentiel ? NEW
    • Part de la profession estimant que seuls certains profils de vétérinaires ont intérêt à proposer des téléconsultations, détail des profils concernés
    • Avantages et inconvénients pour un vétérinaire à proposer des téléconsultations (spontané)
    • Plateformes de téléconsultation 7J/7 24H/24 : opinion de la profession sur un possible développement à moyen terme, risque perçu de concurrence
    • Ressenti face à l’émergence du numérique et des nouvelles technologies dans le quotidien professionnel : typologie d’utilisateurs, impact global perçu sur la vie professionnelle, sur le chiffre d’affaires, sur les relations avec la clientèle, part et profil des vétérinaires qui redoutent d’être concurrencés à moyen terme par la robotique et l’IA. Détail des principaux avantages et inconvénients apportés par la révolution numérique et les nouvelles technologies dans la vie professionnelle* (spontané) (*NEW)
    • Intérêt de la profession pour l’inclusion des usages numériques en santé dans la formation initiale, part et profil des vétérinaires estimant que la profession a un rôle à jouer dans l’éducation des propriétaires d’animaux aux usages numériques en santé
    • Confiance dans le numérique : compatibilité du secret professionnel vétérinaire avec les nouvelles technologies en santé et la numérisation des données, possibilité pour l’utilisateur d’une appli ou d’un O.C. de contrôler l’usage et la dissémination de ses données personnelles, confiance dans les outils numériques utilisés au quotidien par les vétérinaires (ordinateur, logiciel de gestion, messagerie,…) pour préserver la confidentialité des données de santé, labellisation d’applis et d’objets connectés en rapport avec la santé animale* : notoriété des acteurs en présence, niveau d’incitation à la recommandation, préférence pour des labels issus d’organismes certificateurs publics vs privés (*NEW)
    • Perception des technologies numériques en santé et de la médecine vétérinaire du futur : bilan d’image en 20 points (Efficace, Éthique, Personnalisée, Autonomise les propriétaires, Source d’économies, Fragilise le statut des vétérinaires, Protectrice du secret médical, Boite de Pandore, Responsabilise les propriétaires, Facile d’accès, Préventive, Déshumanisée, Prédictive, Opaque, Participative, Égalitaire, Intrusive, Renforce les compétences des vétérinaires, Précise, Porteuse d’espoir)
    • Formation sur simulateur numérique/réalité virtuelle interactive : efficacité perçue par rapport aux formations classiques en présentiel auprès d’un formateur, intérêt de la profession pour des formations sur simulateur numérique dans le cadre de la formation continue, part et profil des vétérinaires qui ont déjà eu l’occasion de suivre une formation sur simulateur numérique NEW
    • Opinion de la profession sur les GAFAM (5 items testés : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)